L'application multi-supports pour vous faire vivre l'expérience

SITE WEB - TABLETTE - SMARTPHONE

Lieux culturel

La maison en pierrePerraudin Architecture

Une maison et une galerie d'art...

Description

La maison en pierre c’est d’abord un bâtiment existant sur rue devenu une galerie d’art, et un jardin à l’arrière, où est venue s’implanter une maison. Construit sur une ancienne menuiserie, la galerie est donc le fruit d’une réhabilitation, alors que la construction de la maison est un projet complètement neuf.   

La spécificité de cette construction réside principalement dans ce contraste affirmé de masse et de vide, de lumière et d’ombre. Il impose un espace fluide aux contraintes règlementaires. Les blocs construits permettent de lier les espaces de vie les uns aux autres.

D’ailleurs, c’est tout l’enjeu de ce projet. Créer des espaces de liberté grâce à des successions d’espaces. Ainsi, on a l’impression de parcourir un paysage : traversés de lumière, failles, pénétration de la matière, etc. C’est un peu comme si on suivait un parcours bien spécifique. 

Galerie

  • la_maison_en_pierre_mobile_1920x1080_2.jpg
  • la_maison_en_pierre_mobile_1920x1080_3.jpg
  • la_maison_en_pierre_mobile_1920x1080_4.jpg
  • la_maison_en_pierre_mobile_1920x1080_9.jpg
  • Architecte : Gilles Perraudin
  • Maître d'ouvrage : Besson
  • Statut du projet : Achevé
  • Date de livraison : 2010
  • Mise en lumière : Non
  • Visitable : Partiellement

Le Regard de l'Architecte

Texte produit par l’agence Perraudin Architecture

 

Située dans une cour d’immeubles à l’arrière de la galerie d’art des propriétaires, cette construction est contrainte par des réglementations complexes. Ainsi l’enveloppe de la maison suit, très exactement, le volume maximum autorisé.

À l’intérieur de cette enveloppe rigide, les espaces habitables s’enchaînent dans un parcours libre.

Contraste affirmé de masse et de vides, de lumière et d’ombre, de pincement et de dilatation, il oppose un espace ludique et libéré face à un monde bloqué par la réglementation.

Géographie physique plus qu’architecture, les blocs construits et qui abritent des fonctions d’usage, s’agencent selon un parcours reliant les espaces de vie les uns aux autres. Failles, échappées, plongées, trouées, constituent le vocabulaire « paysagiste » de la maison.

Creusés pour abriter les fonctions d’usage, ces « blocs servants » définissent, par contraste, le vide des espaces de vie qui s’orientent vers le petit jardin qu’ils entourent. La fraîcheur de l’eau d’un bassin complète cette « géographie architecturale ».

Chaque « bloc servant » est en pierre massive et porte les planchers. Découpées pièce par pièce suivant un calepinage précis, les pierres viennent s’imbriquer pour former des blocs à la géométrie complexe. Montée à sec et avec une grande rapidité, la pierre démontre son extraordinaire modernité.

Ce bâtiment est visible dans les balades suivantes